Nouveautés

Les compagnons de jeu inattendus des chiens

Les chevaux, comme les chiens, sont en étroite proximité, physiquement et émotionnellement parlant, avec les humains depuis des milliers d’années. Ils présentent des différences essentielles, à savoir que les chiens sont, historiquement parlant, des prédateurs, tandis que les chevaux sont des proies, mais cela ne signifie pas que les deux espèces ne peuvent pas coexister pacifiquement et même prendre plaisir à jouer ensemble.

Le jeu social agit comme une fenêtre sur les capacités cognitives et communicatives d’une espèce, selon des chercheurs de l’Université de Pise, en Italie. En ce qui concerne les chiens et les chevaux, cependant, la plupart des recherches menées jusqu’à présent se sont concentrées sur le jeu entre chiens ou entre chiens et humains.

Il s’avère cependant que les chiens et les chevaux aiment aussi jouer ensemble, et les chercheurs de l’université de Pise sont même allés jusqu’à dire :

Le cheval et le chien partagent une humeur joueuse.

Les chiens et les chevaux imitent les expressions faciales de l’autre

Lorsqu’ils jouent avec leurs semblables, les chiens imitent rapidement les mouvements du corps de leurs congénères, en particulier la position en arc et l’expression du visage (une bouche ouverte et détendue). En moins d’une seconde après avoir vu un autre chien faire l’arc ou détendre son expression faciale, de nombreux chiens ont réagi en imitant l’expression ou le comportement de l’autre.

Les chevaux reconnaissent et distinguent également les expressions faciales des autres chevaux, et sont plus susceptibles d’approcher les photographies montrant des chevaux avec des expressions faciales positives et détendues et d’éviter celles montrant des expressions faciales agressives. Le mimétisme facial chez les humains et les primates non humains est une forme de contagion émotionnelle qui est considérée comme une forme d’empathie de base, mais il n’est pas largement étudié entre les espèces.

Pour cette étude, les chercheurs ont sélectionné 20 vidéos YouTube de chiens et de chevaux jouant pendant au moins 30 secondes, puis ont décrit des modèles spécifiques à l’espèce montrés par les chiens et les chevaux. Les chiens et les chevaux ont utilisé ce que les chercheurs ont appelé la “bouche ouverte détendue”, ou ROM, qui désigne une expression enjouée très répandue utilisée par de nombreux mammifères.

Les chercheurs ont également mesuré le mimétisme facial rapide chez les animaux, dans lequel ils imitent l’expression faciale de l’autre. Les chevaux et les chiens utilisaient le ROM en jouant et, fait intéressant, les chercheurs ont constaté que :

Les chiens et les chevaux étudiés ont montré une réaction de mimétisme plus forte et plus rapide (moins de 1 s) après avoir perçu du ROM qu’après avoir perçu une tentative de mordre (un schéma de jeu ressemblant au ROM dans ses aptitudes motrices).

On sait que le mimétisme facial rapide se produit chez les primates, les chiens, les suricates et les ours solaires, mais c’est la première fois qu’il est démontré chez différentes espèces. Il n’est peut-être pas trop surprenant que les chevaux soient ajoutés à la liste, car ils sont également capables de lire les expressions faciales humaines.

Dans une étude, 28 chevaux ont été capables de distinguer spontanément les expressions faciales heureuses et fâchées lorsqu’on leur montrait des photos de personnes ayant des expressions faciales différentes.

Les chiens et les chevaux “peaufinent” leurs séances de jeu

Pendant leurs séances de jeu, les chiens et les chevaux se livrent également à des “auto-handicaps”, comme se rouler par terre sur le dos ou secouer la tête. Ils se livrent également à des actions de jeu similaires, comme faire semblant de se mordre, sauter, pousser, se frapper ou se poursuivre et jouer avec des objets.

En bref, les chercheurs ont noté que les deux espèces “affinent leurs séances de jeu”, de sorte que les chiens et les chevaux utilisent des tactiques de jeu bien équilibrées pour que leur séance de jeu reste amusante pour tous les participants. Ensemble, ils ont écrit dans la revue Behavioural Processes :

… nos résultats suggèrent que, malgré la différence de taille, la distance phylogénétique, et les différences dans le répertoire comportemental, les chiens et les chevaux sont capables d’affiner leurs gestes, réduisant ainsi la probabilité de malentendus et d’escalade dans l’agressivité.

En tant qu’animaux très sensibles et intuitifs, la tendance des chevaux à ajuster leur jeu à celui de leur partenaire est logique, et les chiens, eux aussi, sont capables de prendre des repères dans leur environnement. Les chiens, par exemple, reconnaissent le visage de leurs maîtres et sont très attentifs à leurs signaux afin de mesurer leurs émotions. Ils font peut-être de même avec d’autres espèces, comme les chevaux.

C’est une étude merveilleuse qui porte les questions relatives au comportement de jeu à un niveau supérieur”, a déclaré Sue McDonnell, comportementaliste animalière à l’université de Pennsylvanie à Philadelphie, au National Geographic. “En particulier, ils ont magnifiquement démontré le jeu entre deux espèces, là où il est inattendu.

Deux espèces jouent ensemble malgré leurs différences

Les chevaux ont développé un ensemble unique de sens, de compétences et de comportements très perceptifs pour les aider à survivre. Pour ceux qui ne les connaissent pas, ils peuvent être considérés comme peu intelligents, mais la vérité est que les chevaux sont très intelligents, apprennent rapidement et ont une excellente mémoire.

Par exemple, une recherche publiée en 2016 a montré que les chevaux peuvent apprendre à utiliser des symboles pour communiquer leurs préférences. En deux semaines d’entraînement, et en moyenne après seulement 11 jours, chaque cheval de l’étude (23 au total) a appris à dire aux chercheurs s’il voulait qu’on lui mette ou lui enlève une couverture, ou s’il voulait rester inchangé.

Les chiens ont également fait preuve de plusieurs types d’intelligence et ont certainement fait connaître à leurs propriétaires leurs préférences en matière de jouets, de friandises et de temps de jeu. Il n’est donc peut-être pas exagéré de dire qu’ils choisiraient un cheval comme compagnon de jeu, et vice versa.

Barbara Smuts, écologiste comportementale à l’université du Michigan, a déclaré au National Geographic que l’étude présentée est particulièrement remarquable en raison de la grande différence de taille entre les deux espèces.

Le chien est vulnérable aux blessures du cheval, et le cheval a une tendance profondément ancrée à craindre les animaux qui ressemblent aux loups”, a-t-elle déclaré. Pourtant, “c’est une étude importante car elle montre comment deux animaux qui ont un aspect et un comportement si différents peuvent néanmoins parvenir à négocier la façon de jouer d’une manière qui soit confortable pour les deux.

Ne manquez pas